icon
20 Décembre 2019 — Vie de l'OIV

Le siège définitif de l’OIV devra être la Maison Internationale du Monde de la Vigne et du Vin

Accueil > Actualités > Vie de l'OIV > Le siège définitif de l’OIV devra être la Maison Internationale du Monde de la Vigne et du Vin

L’OIV a présenté ses vœux pour l’année 2020 mettant en exergue le défi du changement climatique et du développement d’un commerce international harmonieux, ainsi que le besoin d’affirmer son siège comme le pôle mondial d’échanges sur la vigne et le vin.

Partager l'article sur

Twitter Facebook

En présence de la vice-présidente de l’OIV, Monika Christmann, le directeur général de l’OIV, Pau Roca, a présenté les vœux de l’Organisation aux représentants du Corps diplomatique, des administrations et des professionnels du secteur vitivinicole.

Une première dans les nouveaux locaux de l’OIV, « un siège pratique et moderne pour une période transitoire. Le siège définitif ne devra pas rester simplement des bureaux pour un secrétariat, mais être la Maison Internationale du Monde de la Vigne et du Vin », selon Pau Roca.

Le directeur général a rappelé l’importance de l’OIV : « une organisation qui réunit près de 750 experts lesquels sont d’une grande richesse de savoir et de sagesse, un collectif qui se renouvelle continuellement, à travers des délégations nationales prêtes à s’investir, à donner des réponses, à suggérer des solutions aux problèmes de la vigne et du vin ».

« Nous pouvons être fiers d’avancer sur des projets tels que la réduction des intrants »

Dans son discours, Pau Roca a cité le changement climatique et la nécessité d’assurer un commerce international sécurisé comme les enjeux les plus importants pour le vin et les produits issus de la vigne.

« Lors de l’initiative 4 pour 1000 j’ai été très satisfait de voir combien de projets sont avancés et qui peuvent résoudre, en grande partie, la séquestration de carbone par les sols ».

« Malheureusement, nos propres pays ont échoué à conclure un accord récemment lors de la COP25 à Madrid. Mais ceci ne veut pas dire que nous ne faisons pas de progrès concrets, notamment dans des groupes plus spécialisés. Par exemple, la semaine dernière, lors de l’initiative 4 pour 1000 j’ai été très satisfait de voir combien de projets sont avancés et qui peuvent résoudre, en grande partie, la séquestration de carbone par les sols », s’est réjoui le directeur.

Dans ce sens, Pau Roca a souligné le rôle de l’OIV : « nous pouvons être fiers d’avancer sur des projets fixés cette année tels que la réduction des intrants, la caractérisation des sols par des techniques génétiques qui nous éclairent sur un nouvel univers inconnu de microorganismes, entre autres ».

Par rapport au commerce international, le directeur a affirmé qu’il est fondamental que les relations commerciales restent fluides. « Il est regrettable que certains pays puissent mettre des barrières au commerce quand nous offrons à l’OIV des normes harmonisées, mais aussi quand de façon soudaine, certains Etats fixent des augmentations de tarifs à cause d’autres conflits qui n’ont aucun lien avec le vin : Le vin ne peut pas être une monnaie d’échange », a déclaré le directeur.

L’OIV a fixé en 2019 une feuille de route conforme aux objectifs de développement durable

Par d’importantes réunions internationales, comme celles du Codex Alimentarius, où l’Organisation a été confortée dans la représentativité intergouvernementale de l’activité vitivinicole, ou par sa présence dans plus de 50 manifestations qui se sont tenues sous son haut patronage, que ce soit des concours ou des symposiums scientifiques, « l’OIV a encore démontré la vitalité de son activité cette année », a fait remarquer le directeur.

En octobre 2019, l’OIV a également approuvé lors de l’Assemblé générale son nouveau plan stratégique qui sera en vigueur de 2020 à 2024. Et pour cela « l’année 2020 se présente pour l’OIV comme une période pleine d’opportunités pour les projets que nous avons identifiés, tout à fait en adéquation avec les axes du Plan Stratégique, les principes et valeurs qui font que la viticulture est un phénomène présent dans tous les aspects : sociaux, économiques, culturels et environnementaux », a transmis le directeur.

« Pour le 43ème Congrès mondial de la vigne et du vin, du 23 au 27 novembre 2020, nous nous rendrons au Chili, un des pays les plus actifs dans le commerce international du vin et investi sur la recherche des problèmes de résistance et de combat du dépérissement de la vigne » a informé Pau Roca.

Après le discours de Pau Roca, les vœux de l’année de l’OIV ont permis de nombreux échanges qui ont été favorisés et agrémentés par une dégustation de Riesling allemand, tranquille et mousseaux, produit à l’Université de Geisenheim par la Vice-présidente Monika Christmann, ainsi que de vins suisses qui ont permis de rappeler le grand succès du 42ème Congrès de la Vigne et du Vin organisé à Genève en juillet 2019.