icon
29 Juin 2020 — Vie de l'OIV

Il n’y a qu’« une planète vin »

Accueil > Actualités > Vie de l'OIV > Il n’y a qu’« une planète vin »

Pau Roca a pris part le jeudi 25 juin à une conférence du Centre de recherche œnologique de l'UBC intitulée « Wine Vision 2040 », au cours de laquelle des leaders du secteur vitivinicole ont présenté leurs visions sur l’avenir de la filière vin.

Partager l'article sur

Twitter Facebook

Cet évènement, modéré par Jacques-Olivier Pesme, directeur du Centre de recherche œnologique de l’UBC, a également compté avec la participation des intervenants suivants : Laura Catena (directrice générale, Bodega Catena Zapata, fondatrice et membre du comité d’administration, Institut Catena du vin), Linda Reiff (présidente et directrice générale, Napa Valley Vintners Association) et Pierre-Louis Teissedre (professeur à l’Institut des Sciences de la Vigne et du Vin (ISVV) de l’Université de Bordeaux et expert de l’OIV).

Le directeur général de l’OIV a insisté sur le fait que nous ne disposons que d’« une planète vin » (One Wine Planet), titre adopté pour sa présentation. Il a soulevé la question de savoir comment et pourquoi en prendre soin le mieux possible. Si l’on ne devait retenir que quelques mots de cette intervention, ce serait les suivants : anticipation, évolution, conservation et résilience.

La situation actuelle constitue un tournant intéressant pouvant servir de point de départ, étant donné que, comme l’a indiqué le directeur général, « chaque crise fait partie d’une évolution, et [que] nous devons observer comment évoluent d'autres systèmes ». Le changement climatique va assurément constituer un défi encore plus important. Selon lui, « la valeur suprême doit [désormais] être le maintien en vie de cette planète ». En termes biologiques, cela peut être réalisé en prêtant attention au fonctionnement des écosystèmes matures, où les pertes d’énergie sont minimisées malgré leur complexité. Cette idée fondamentale, récemment développée par le directeur général de l’OIV, questionne la manière dont l’économie va recréer ses modèles. Pour envisager des modèles futurs, nous devons en observer d’autres et voir comment « les écosystèmes majeurs, aussi divers et complexes soient-ils, s’avèrent efficients du point de vue énergétique ».

Pau Roca est convaincu que « la prochaine économie ne mesurera pas la performance humaine en termes de croissance, mais en termes de conservation de la nature ». Le secteur vitivinicole a pleine conscience de la problématique du changement climatique, et a été pionnier dans l’adoption de comportements adéquats. Le suivi rapproché des cultures et l’utilisation de registres historiques illustrent cette relation de longue date.

Enfin, il a conclu en faisant référence à deux atouts du secteur vitivinicole. Premièrement, la chaîne de valeur efficiente propre au secteur vitivinicole. En effet, la forte segmentation des prix ainsi que les liens étroits avec le terroir et l'origine constituent des avantages pour le secteur du vin. Deuxièmement, la multiplicité des acteurs, « la diversité et la complexité étant des facteurs clés pour la performance globale et la résilience », comme l’a résumé Pau Roca.

En conclusion, Pau Roca estime que l’économie vitivinicole peut constituer un « paradigme de durabilité » et bénéficie de nombreux éléments lui permettant d’assurer son succès au sein de la future économie.