icon
24 Mai 2019 — Vie de l'OIV

Etiquetage des boissons alcoolisées. Divers degrés d’appréciation

Accueil > Actualités > Vie de l'OIV > Etiquetage des boissons alcoolisées. Divers degrés d’appréciation

Le débat sur l’étiquetage des boissons alcoolisées semble rouvert au Codex Alimentarius qui a mis ce sujet à l’ordre du jour de sa 45ème session du Comité Codex sur l’étiquetage des denrées alimentaires (CCFL) qui s’est tenue du 13 au 17 mai 2019 à Ottawa, Canada.

Partager l'article sur

Twitter Facebook

Des positions très contrastées

On sait déjà que pour les boissons alcoolisées, il existe un faible niveau d'harmonisation des réglementations nationales avec les normes Codex d’étiquetage. Lors du débat à Ottawa, la question de la présence de la teneur en alcool ainsi que des exigences énergétiques et l'information nutritionnelle sur l'étiquette des boissons alcoolisées a rapidement émergé et fait apparaître des positions nationales contrastées.

Certaines délégations considèrent que les textes existants du Codex s'appliquent suffisamment aux boissons alcoolisées et qu'en raison des différentes variétés de boissons alcoolisées et des valeurs sociales entourant l'utilisation de ces produits, il est préférable de les traiter au niveau national plutôt qu'au niveau du Codex.

Mais d’autres pays ont souligné qu’il pourrait être nécessaire de fournir des orientations supplémentaires spécifiques à l'étiquetage des boissons alcoolisées et puisque les boissons alcoolisées ne sont pas des denrées alimentaires ordinaires, il importerait d'informer les consommateurs des risques pour la santé associés à la consommation d'alcool par une information fiable sur l'étiquette.

L’OIV met en avant son expertise

L'OIV qui avait délégué sur place son coordinateur scientifique Jean-Claude Ruf a attiré l'attention du Comité sur la complexité de l'étiquetage des boissons alcoolisées.

Si le Codex venait à entreprendre de nouveaux travaux, l’OIV a d’ores et déjà précisé qu’il serait nécessaire de définir la teneur minimale en alcool des boissons alcoolisées et de clarifier la définition des produits pour lesquels la norme serait applicable afin de tenir compte des spécificités de certains produits.

Rappelons que l’OIV a déjà entrepris des travaux de révision de sa norme sur l'étiquetage des vins et des spiritueux de vin, et qu’il serait utile que les éventuels débats du Codex puissent prendre en considération les travaux de l'OIV qui est la seule organisation intergouvernementale internationale coopérant sur ce sujet avec le Codex.

Un dossier à suivre au sein des groupes de travail formés par le Codex…

45ème session du Comité Codex sur l’étiquetage des denrées alimentaires (CCFL).