icon
13 Novembre 2017 — Vie de l'OIV

Disparition de Robert Tinlot

Accueil > Actualités > Vie de l'OIV > Disparition de Robert Tinlot

C’est avec une grande tristesse que l’OIV vient de prendre connaissance du décès de Robert Tinlot le 12 novembre 2017 à l’âge de 86 ans à Dijon.

Partager l'article sur

Twitter Facebook

Il y a un mois, au siège de l’OIV, il célébrait les 30 du Master de l’OIV en Wine management qu’il avait initié, entouré par deux générations de ses anciens élèves.

Diplômé de la faculté de droit et du centre d’étude et de perfectionnement de l’inspection de la répression des fraudes, il commencera sa carrière comme chef du contentieux de la brigade nationale de contrôle des vins et spiritueux, (1964-1970) puis comme chef du bureau des vins et boissons au ministère de l’agriculture (1970-1981).

Inspecteur général de la répression des fraudes, il est désigné par la France comme commissaire général pour organiser les assemblées générales de l’OIV de Paris en 1975 et 1982, où il sera rapporteur des questions relatives aux appellations d’origine et à la qualité des vins. De 1982 à 1985, il présidera à l’OIV le groupe d’experts « réglementation et contrôle de la qualité »

Ses compétences de juristes et sa connaissance du secteur vitivinicole le conduiront à présider le groupe « vin » (1979) et le groupe « boissons spiritueuses » (1984) auprès du Conseil de ministres de l’Union européenne, à participer à la Révision de la Convention de Paris auprès de l’OMPI, à être vice-président du groupe vin de la FAO (1983) et chef de la délégation française à la Commission du Codex Alimentarius.

Devenu Adjoint au Directeur de la consommation et de la répression des fraudes, il est élu en 1985 Directeur général de l’OIV, poste qu’il occupera jusqu’en 1996, en développant les activités de l’OIV qui passera pendant cette période de 33 Etats membres à 46.

Devenu Adjoint au Directeur de la consommation et de la répression des fraudes, il est élu en 1985 Directeur général de l’OIV, poste qu’il occupera jusqu’en 1996, en développant les activités de l’OIV qui passera pendant cette période de 33 Etats membres à 46.

Féru d’histoire et de droit viticole, fier de ses origines bourguignonnes, il a créé le premier cours de droit du vin en 1971 et aimait partager sa passion auprès des étudiants en œnologie, en économie, en agronomie ou en droit dans de nombreuses universités françaises. C’est ainsi qu’il sera à l’initiative de la création de l’Association internationale des juristes du droit de la vigne et du vin (AIDV) en 1987 et du réseau international des universités du vin (AUIV) qui a pris en charge le Master OIV en wine management.

Depuis 20 ans, il continuait de partager ses connaissances au sein de l’AIDV, de l’Académie Amorim qu’il présidait où auprès de la Chaire Unesco "Culture et Traditions du Vin" de l'Université de Bourgogne.

Grand diplomate, il laisse le souvenir d’un Directeur de l’OIV passionné et inventif, au service d’un monde de la vigne et du vin qu’il connaissait parfaitement.

L’OIV salue sa mémoire et s’associe à la douleur de sa famille.