icon
27 Juillet 2020 — Sécurité et santé

Réflexions sur l'impact de la consommation de vin sur l'alimentation et la santé

Accueil > Actualités > Sécurité et santé > Réflexions sur l'impact de la consommation de vin sur l'alimentation et la santé

La réunion du Groupe d’experts CONUSA (Consommation, nutrition et santé) s’est tenue en ligne le vendredi 12 juin 2020 sous la présidence de Rena Kosti. Ursula Fradera, coordinatrice scientifique du Wine Information Council et de la Deutsche Weinakademie (Allemagne) y a présenté une étude approfondie des effets de la consommation de vin sur la nutrition et la santé.

Partager l'article sur

Twitter Facebook

En se basant sur The Global Burden of Disease Study (GBD), une étude épidémiologique internationale complète qui décrit la mortalité et la morbidité des principales maladies, blessures et facteurs de risque pour la santé, l’experte de Wine Information Council a réalisé une présentation sur l’importance de procéder à une analyse critique des publications scientifiques et de remettre leurs résultats en perspective et en contexte.

Pour l’analyse de la consommation d’alcool, il est important de placer les résultats dans le contexte du régime alimentaire et du mode de vie. Nous ne consommons pas de l’alcool à proprement parler, mais nous buvons de la bière, du vin et des spiritueux, et nous ne faisons pas que boire, nous mangeons également. Il y a d’autres facteurs qui affectent notre santé. En bref, nous devons nous pencher sur le contexte et non uniquement sur la consommation d’alcool.

Il est en effet important de prendre en compte les facteurs liés au mode de vie. Il est par exemple important de savoir si nous buvons modérément ou occasionnellement, si nous buvons pendant ou en dehors des repas, si nous fumons, de connaître le type de boissons consommées, le régime alimentaire, le niveau d’activité physique ainsi que le statut socio-économique, autant de facteurs à prendre en compte pour évaluer la consommation d’alcool.

L’importance d’une analyse critique des publications scientifiques a été largement débattue au cours de la réunion du Groupe d’experts. Les experts ont commencé à préparer un document sur l’évaluation des avantages et désavantages de différents modèles épidémiologiques et des limites qu'ils impliquent pour l'interprétation de leurs résultats.

Le Groupe d’expert a également lancé un nouvel axe de travail afin de déterminer s’il existe une différence entre les effets de la consommation d’alcool, et de vin en particulier, lorsqu'ils sont étudiés de manière isolée ou dans le cadre d'un régime alimentaire donné. Il s’agit là d’une facette importante des travaux de recherche à mener. 

Le fait de considérer les habitudes alimentaires plutôt que de se focaliser sur des nutriments ou denrées alimentaires à titre individuel semble présenter des avantages. Les aliments ne sont pas consommés séparément, et leurs effets sur la santé sont cumulés, voire synergiques.

Pour de plus amples informations, prière de contacter Barbara Iasiello, cheffe de l’unité « Sécurité et santé » : sanco@oiv.int

Il est important de placer les résultats dans le contexte du régime alimentaire et du mode de vie.